Il est interdit de télécharger dans les lieux publics et de fumer sur internet!

Publié le par David

 

 

 

Non je ne vais pas parler cigarette mais bien de téléchargement illégal. Oui, je sais, le téléchargement illégal ce n’est pas vraiment nouveau, mais une convergence de réflexions et d’informations nouvelles me poussent à donner mon avis sur ces questions. Alors pourquoi j’en parle ? Parce que justement ces deux informations importantes son arrivées récemment et peu de monde à fait le lien entre elles.

 

 

 

 

Depuis plusieurs années, le discours médiatique culpabilisant nous explique que le téléchargement tue la musique (on télécharge aussi des jeux des films et des séries mais la musique reste emblématique). On nous montre chiffres à l’appui que plus le téléchargement illégal augmente plus les achats de disques sont en chute libre. On nous dit que les jeunes qui prennent un disque sur leur logiciel de peer-to-peer se laissent aller ainsi à la facilité et ne vont ensuite pas acheter en magasin. Tout d’abord, avant de juger mettons nous un instant à leur place. Avoir à sa portée, la possibilité de trouver gratuitement une caverne d’Ali Baba culturelle, comment résister, c’est un véritable supplice de Tantale. Mais après tout, dire que c’est tentant n’excuse pas ces comportements. Pourtant des études récentes viennent contredire ce dogme du méchant jeune qui tue la musique. En effet, les grand médias n’ont pas diffusé un information qui à pourtant a été utilisée lors du premier procès d’un internaute (un enseignant en plus, mais qu’apprend-on à nos enfants ?). Il a été démontré que ceux qui téléchargent le plus sont aussi ceux qui achète le plus. Le fait de télécharger des musiques que l’on n’aurait pas écouté autrement, donne le goût pour la découverte d’autres styles et crée de l’envie d’acheter. Diantres, télécharger fait acheter ! Quelle surprise, cela serait-il plus complexe qu’il n’y parait ?

 

 

 

Autre information importante, en 2006, le téléchargement illégal a diminué de moitié. L’année passée il s’est échangé environ 600 millions de fichiers, cela parait énorme mais c’est deux fois moins que l’année précédente. A quoi cela est-il dû ? D’après l’étude, il y a plusieurs raisons. Tout d’abord c’est à cause du durcissement des lois contre le téléchargement. N’oublions pas que la loi Davdsi très répressive est passée par là. Mais l’institut GFK auteur de l’étude ajoute une autre raison que je trouve intéressante. C’est le fait que les téléchargements sont plus sélectifs, que passé l’euphorie de la découvert on commence à regarder un peu ce que l’on télécharge. Cela me rappelle certains de mes entretiens dans le cadre de mon mémoire, ou mes geeks me disaient tous être passés par des phases de téléchargement frénétiques. Je me rappelle de l’expression « au début tu te sens le roi du monde ». C’est comme lancer un enfant dans un magasin de jouet ou tout serait gratuit, il va se jeter sur tout par réflexe ou pour profiter de ce qui lui est d’habitude interdit, et ensuite il va se concentrer sur les jouets qui l’intéressent vraiment. Donc après avoir été éblouis par les possibilités quantitatives les internautes se sont concentrés sur le qualitatif. Les téléchargeurs interrogés dans l’étude avouent encore ne pas écouter toutes les musiques ni regarder tous les films qu’ils prennent, on sent donc encore un peu l’influence du fait de télécharger pour télécharger. Et cela se comprend, on ne vote jamais autant qu’après des années de dictature, on ne télécharge jamais autant que lorsque l’on vient d’en avoir la possibilité c’est un processus qui me semble normal mais qui ne dure jamais, en voilà encore la preuve.

 

 

 

Bon, très bien, tout ceci est intéressant et il y a aurait encore beaucoup à dire mais une chose m’es venue à l’esprit en lisant les resultats de l’étude. Une chose toute bête, mais tout de même importante, vous devinez ? Et oui ! (oui je fais comme si vous aviez deviné, je préfère vous prendre pour des personnes intelligentes, comme quoi il m’arrive d’être naïf) Qu’en est-il des débats dont j’ai parlé en début d’article. Si les téléchargements ont diminué de moitié et si la baisse des ventes de disques est bien la faute des méchants jeunes alors la fin du raisonnement implique une remontée des ventes (ou du moins une stabilisation).

 

 

 

Je m’étonnais d’ailleurs que les auteurs des différents articles que j’ai lu à propos de la baisse du téléchargement ne tentaient pas de faire ce lien, je l’ai donc fait par moi-même. Résultat des courses…(faux suspens) Que nenni ! Et oui les ventes de disques ont largement baissé en 2006, après une stabilisation en 2005 (alors que le téléchargement illégal était au plus haut), tout s’est de nouveau effondré. 19% de baisse en volume et 14% en valeur, mais alors le problème ne viendrait pas seulement des méchants jeunes ? Tout fout le camp. Mais j’y pense cela fait quasiment une dizaine d’année que le marché du disque s’effondre, soit environ autant que les débuts de la Starac. De là à dire que si on achète plus de musique c’est que la musique de masse d’aujourd’hui est de mauvaise qualité, il n’y a qu’un pas que je ferais évidemment pas. Néanmoins il faudrait peut-être que les industries de la culture se posent quelques questions.

 

 

 

Je reviens à nouveau à mes geeks qui revendiquent une culture du gratuit, adeptes du logiciel libre contre Window, des Bd diffusés sur des blogs par de jeunes auteurs, et du placement de produit dans les films (oui même si vous téléchargez le film vous verrez aussi la marque qui y est présente). Je me dis que si leur attitude est parfois un peu trop nihiliste dans le coté je me débrouille toujours pour rien payer il y a quand même des idées ou du moins des pistes de réflexion à y trouver. Reprenons notre exemple musical parce qu’encore une fois il est emblématique de ce mouvement. Des initiatives commencent à se répandre sur internet pour se passer des maisons de disques tout en produisant de la musique et certaines sont tout à fait passionnantes. Aux Etats-Unis ils ont lancé une idée très capitaliste mais que je trouve révolutionnaire.

 

 

 

Sur un site les artistes peuvent présenter leur musique gratuitement. Tout le monde peut la télécharger. Et ceux qui aiment un artiste, qui veulent le voir faire un disque, monter une tournée peuvent faire un don. Ce don, peu importe son montant est reconverti en part de production, c'est-à-dire si l’on traduit cela en termes économiques en actions. Ainsi, si beaucoup de monde aime cet artiste il aura de nombreux dons et pourra sortir un disque. Les différents producteurs auront le disque en avant première des pass pour les concerts et d’éventuels produits dérivés. Et évidemment ils auront une part des recettes. Ainsi c’est le public, qui fait directement par son action collective émerger les talents. Plus d’intermédiaire, juste un site qui servirait de relais. Quelques artistes commencent à émerger de cette manière et cela semble prometteur.

Cela me fait penser à un artiste de Jazz (connu il me semble dans le milieu mais je suis inculte en Jazz je l’ai donc oublié) qui de manière un peu provocatrice à lui aussi lancé une idée. Il a expliqué qu’avec les royalties, les cachets et ses prestations diverses il touche 30 000 euros par an. Il sait que certains de ses fans seraient prêt à dépenser beaucoup d’argent pour lui. Alors il à proposé que 100 fans donnent 300 euros. Ce qui est une grosse somme mais on sait que certains fans sont prêts à mettre beaucoup plus dans leur passion. Une fois ce versement fait il ferait tous ses concerts, tous ses enregistrements gratuitement et ne demanderai aucun droit pour ses chansons. Les fans eux auraient droit à des cours de Jazz particuliers effectué par ce Jazzman, à des participation aux disques ou des figurations dans les clips, tout un tas de produits dérivés dont ils raffolent et tout un tas d'autres droits, ils seraient des V.I.P, des spectateurs totalement privilégiés. En réalité cet homme avait beaucoup de fan car 1000 personne ont répondu à l’appel. On voit donc que cela peut être très rentable. Evidemment ceci n’est pas vraiment réalisable, car le salaire du musicien n’est qu’un des nombreux frais de production musical, et cette idée n’était qu’une boutade, mais cela  prouve qu’il faut réfléchir à de nouveaux moyens de rémunérer la musique et se servir des fans peut être une piste à mon avis valable.

 

Arrêtons donc de diaboliser les internautes et au lieu de tenter de résister au changement qui finira par arriver malgré tout, il faut l’accompagner (tien c’est ce que dit Nicolas Hulot à propos de l’écologie). Réfléchissons tous ensemble a de nouveaux moyens de consommer la musique, les films, les séries (à propos de ces dernières les chaînes de télévisions en mettent de plus en plus en ligne gratuitement). La répression c’est le remède de ceux qui manquent d’imagination, alors cessons de nous plaindre et rêvons, non pas de manière utopique mais de manière pragmatique, et dans ce cas comme diraient mes deux amis les frères Bognanov (ou Karamasov, je les confond toujours : « rien n’est impossible »…@ suivre !

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

ki 02/02/2007 00:32

J\\\'ai tjrs trouvé le lien téléchargement / baisse des ventes un peu facile... on est malheureusmt souvent décus qd on achete des albums et l\\\'air de rien ca coute cher dc les télécharger avant permet d\\\'être sur de la qualité de ce qu\\\'on achete. Bien sur c\\\'est un peu hypocrite, on achete pas tt ce qu\\\'on a aimé mais on aurai jamais acheté tt ce que l\\\'on télécharge(ca il l\\\'oublient un peu trop qd ils condament les méchant djeun\\\'s)! Ok on peux prendre ca cm un manque de respect envers la musique qui est consommée cm de kleenex mais grace à internet on découvre bcp d\\\'artistes, ca permet de satisfaire une curiosité. C\\\'est sur que ca nuit aux chanteurs et groupes super connu qui n\\\'ont plus besoin d\\\'être découverts et qui perdent juste éventuelmt un marché  mais c\\\'est pas le cas des indé, biensur ils ont besoin qu\\\'on achete leurs disques, mais avant tt d\\\'avoir un public. Et l\\\'air de rien, qd on aime un groupe, on aime avoir les album originaux!
J\\\'ai étée interompue et j\\\'ai oublié ce que j\\\'avais à dire sur la suite de l\\\'article.... a suivre! ;)